Initiatives locales

Quelques actions exemplaires

qualité de vie

ACTION 1 : Le vélo au top !

Avec plus de 600 km d’itinéraires cyclables et « VéloStras », un réseau d’autoroutes à vélos en construction, l’Eurométropole de Strasbourg propose le 1er réseau vélo de France. À Strasbourg, pour faire du sport, pour ses loisirs ou du shopping, la ville se vit à vélo. En 2017, Strasbourg est une nouvelle fois récompensée par le très prestigieux classement européen de Copenhague en se plaçant pour la deuxième année consécutive au 4e rang (juste après Amsterdam) des villes européennes les plus investies dans la pratique du vélo. Ce prix vient récompenser des efforts collectifs de nombreux acteurs du territoire qui bénéficient par exemple des services de Vel’hop, qui testent les vélos cargos ou les vélos à assistance électriques, qui concourent au défi « tous au boulot à vélo »ou qui ont tout simplement adopté la bicyclette comme mode de déplacement privilégié.

ACTION 2 : Défi « famille à énergie positive »

Le défi des familles à énergie positive est un projet ludique et original permettant à toute la famille de faire des économies d’énergie. Ainsi, les familles forment une équipe et tentent de réaliser au moins 8 % d’économie d’énergie et d’eau, particulièrement durant l’hiver, en appliquant simplement des écogestes, soit une économie annuelle de 200 € par famille. Soutenu par l’ADEME (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) et la Région Grand Est dans le cadre du programme Climaxion et animé par Alter Alsace Energie et la Chambre de Consommation d’Alsace, ce défi est renouvelé chaque année sur le territoire de l’Eurométropole. À terme, l’objectif est d’arriver à plus de 500 foyers engagés dans la démarche. Un beau défi à relever collectivement !

© Familles à énergie positive : http://alsace.familles-a-energie-positive.fr/fr/le-blog-du-defi-en-alsace-1563.html

ACTION 3 : Strasbourg, meilleure grande ville pour la biodiversité 2017

Strasbourg vient d’être désignée « meilleure grande ville pour la biodiversité 2017 » dans le cadre de l’opération Capitale française de la Biodiversité qui avait pour thème cette année « aménager, rénover et bâtir en favorisant la biodiversité ». La collectivité a été distinguée pour son action globale en faveur de la biodiversité depuis les documents d’urbanisme et de planification, l’aménagement de friches industrielles en nouveaux parcs urbains jusqu’à la dynamique de végétalisation citoyenne de l’espace public qu’elle anime et soutient. Strasbourg avait déjà été lauréate dans la catégorie des grandes villes et désignée «capitale française de la Biodiversité» en 2014 autour du thème « agriculture urbaine et biodiversité ». Cette politique de biodiversité et de végétalisation participe pleinement à l’adaptation face au réchauffement climatique en limitant l’effet des îlots de chaleur urbains.

économie et transition écologique

ACTION 4 : Accompagnement des copropriétés

Comment accompagner les copropriétés vieillissantes ? Comment repérer les situations de précarité énergétiques ou d’insalubrité ? Comment résoudre les premières questions juridiques, financières, énergétiques ou techniques ? Ce sont là quelques-uns des objectifs du « POPAC », le programme opérationnel de prévention et d’accompagnement en copropriétés. Mis en place en 2015 dans le cadre d’une convention avec l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat, le POPAC s’appuie sur un tissu associatif compétent et engagé : Alter alsace énergies, la FNAIM, Eco quartier, l’ADIL 67 et l’ARIM Alsace (Soliha). Avec près de 8 000 copropriétés sur l’Eurométropole, dont un tiers construit entre 1948 et 1975 (époque où l’isolation thermique était la plus faible), le chantier de réhabilitation thermique des copropriétés est un défi majeur pour les années à venir.

ACTION 5 : Écologie industrielle sur le Port autonome

Avec près de 320 entreprises et 13 000 salariés, la zone portuaire de Strasbourg est la première zone d’activité régionale. Lancée depuis 2013, la démarche s’est d’abord intéressée aux achats groupés d’électricité et de gaz, à la réutilisation de flux de matériaux (papier, bois…) et d’énergie fatale (vapeur). Désormais, les réflexions se poursuivent autour de sujets opérationnels comme la réparation de palettes, l’achat de consommables, la mutualisation d’équipements de lavage ainsi que la combustion de différents déchets. La démarche d’écologie industrielle qui réunit le Port autonome, l’Eurométropole, la Région, l’ADEME, le groupement des utilisateurs du Port et les entreprises elles-mêmes permet donc de mener une réflexion autour des flux, des mutualisations et collaborations possibles pour minimiser les déchets, l’énergie et les flux de matériaux entre voisins industriels.

ACTION 6 : la responsabilité sociétale chez Carambar & Co

Depuis 2010, l’usine de la Meinau connue sous le nom de « Suchard » (devenue ensuite Mondelez puis rachetée par la société Eurazéo) s’est engagée dans une démarche Responsabilité sociétale des entreprises (RSE), combinant performance économique, performance sociale et performance environnementale.
Le fabricant du célèbre Rocher démontre que le développement durable peut être vecteur de croissance et de développement économique : promotion de la biodiversité, baisse des déchets et des coûts associés, ou encore forte implication des salariés et augmentation de la productivité. À titre d’exemple, l’usine a rapidement abandonné l’usage des produits phytosanitaires, puis a noué un partenariat avec la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) et enchaîné les réalisations : gestion différenciée des espaces verts, installation de 19 ruches – dont 15 parrainées par les salariés –, extinction des enseignes lumineuses la nuit pour réduire la pollution lumineuse, mise en place de potagers partagés. Et les projets ne manquent pas pour la suite avec la volonté de travailler avec le prestataire du restaurant d’entreprise, de créer une mare écologique… autant de belles réalisations sur le seul volet environnemental de cette démarche de RSE.

INNOVATIONS DURABLES

ACTION 7 : régulation de trafic

Dans le cadre de l’appel à projet «Ville et métropole respirables en 5 ans », l’Eurométropole va développer une action permettant de gérer de manière dynamique les flux de circulation aux carrefours situés sur les axes pénétrants, en fonction de l’intensité du trafic d’entrée de ville et en fonction de la qualité de l’air. L’idée est de piloter la gestion du trafic sur des hypothèses de flux de circulation (collectés par le Service d’information et de régulation automatique de la circulation) et de surveillance de la qualité de l’air, en direct heure par heure afin de fluidifier certains axes qui peuvent présenter des risques de saturation importants et limiter l’entrée de véhicules lorsque la situation atmosphérique impose une baisse de l’exposition des riverains. Au final, cette action permet non seulement de réduire la pollution de l’air, mais également d’économiser de l’énergie (carburant) tout en préservant la santé des habitants.

ACTION 8 : géothermie profonde

Alors que la géothermie « peu profonde » ou « de surface » est de plus en plus commune, la géothermie profonde est limitée à quelques régions dont le sous-sol présente des caractéristiques particulières. C’est le cas de l’Alsace, située dans le fossé rhénan où il existe en sous-sol un potentiel d’eau chaude exceptionnel que l’on peut valoriser en chaleur renouvelable et/ou en électricité renouvelable. Sur l’Eurométropole, 3 projets sont en cours :

  • Vendenheim : Construction par Fonroche d’une centrale électrique (forage débuté en juin 2017) qui peut évoluer en centrale de cogénération (électricité et chauffage) en fonction de l’évolution des aménagements du territoire à proximité (Eco Parc Rhénan, nord de l’Eurométropole).
  • Illkirch-Graffenstaden : Construction par Électricité de Strasbourg d’une centrale de co-production au sein du Parc d’Innovation d’Illkirch. Le terme « co-production » indique une priorité pour la production de chaleur à destination d’un futur réseau de chaleur public urbain vertueux et une production d’électricité hors saison de chauffe.
  • Eckbolsheim : Construction par Fonroche d’une centrale de cogénération produisant en permanence de l’électricité et de la chaleur. Cette chaleur alimentera le réseau de chaleur public de Hautepierre, qui deviendra vertueux, c’est-à-dire avec plus de 55 % d’énergies renouvelables dans son bouquet énergétique.

ACTION 9 : Réhabilitation thermique exemplaire au quartier Wihrel

Habitation Moderne a mis en place en 2017 son premier marché global de performance. Celui-ci porte sur la rénovation énergétique de 952 logements (soit près de 10% de son parc total), situés dans le quartier du Wihrel à Ostwald. Après travaux, ces logements consommeront une énergie à 75 % renouvelable (grâce au réseau de chaleur Tanneries-Bohrie) et leur consommation énergétique sera réduite en moyenne de 53 % (grâce notamment à un renforcement de leur isolation). Ces objectifs ambitieux sont garantis par la société Enerd2 (constituée de la SERS, de RGDS et de la CDC), titulaire du marché, qui s’y est engagée sur 10 ans. Une sensibilisation des locataires aux éco-gestes de la vie quotidienne est également menée durant toute la durée des travaux (3 ans), par l’intermédiaire d’ambassadeurs désignés dans chacun des 25 bâtiments concernés et d’un logement pédagogique («Logimalin») déployé sur site. Outre cette belle réalisation environnementale, Habitation moderne mène également actuellement plusieurs autres projets innovants en matière de maîtrise de l’énergie ou de qualité de l’air.

©Habitation Moderne

Ressources pour aller plus loin

Liste des documents utiles :

Ma commune témoigne !

Les 33 communes de l’Eurométropole s’engagent aussi dans le Plan Climat 2030. De nombreuses expériences sont déjà à l’œuvre. Découvrez-les prochainement !