RETOUR Innovations durables

Quelles bonnes pratiques ici et quels exemples d’ailleurs peuvent être dupliqués localement ?

Vous avez connaissance d’un projet d’innovation environnementale, sociale, économique mis en place localement, dans un autre territoire français ou étranger qui pourrait être pertinent de dupliquer sur le territoire de l’Eurométropole de Strasbourg ? Faites-en part ici en détaillant si possible les points forts de la démarche, les points de vigilance ainsi que d’éventuelles premières pistes d’adaptation du projet au contexte local.

20 contributions 1
Ce débat s'achève le 30 juin
Il vous reste pour participer
40 JOURS 14 H 57 MN
Vegoresto
02 décembre 2017 -19H31
Le CROUS de Lille propose des options 100% végétales dans certains de ses restaurants universitaires. L'initiative, prise il y a plus d'un an, a rencontré un fort succès, aussi bien auprès des étudiants que des médias : http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/un-restaurant-universitaire-lillois-propose-des-menus-vegetaliens-aux-etudiants-18945/. Cette mesure bénéficie donc grandement à l'image de l'institution et de la ville, en plus d'être bénéfique pour l'environnement : comme l'ont rappelé 15 000 scientifiques dans leur tribune publié dans Le Monde, végétaliser notre alimentation est désormais une nécessité pour la planète. Ainsi, il serait souhaitable d'inviter le CROUS de Strasbourg à proposer des options 100% végétales dans ses restaurants. La mesure est très simple, permet aux restaurants d'augmenter leur marge en raison du faible coût des protéines végétales, d'accueillir plus de monde et de bénéficier d'une image positive. Comme à Lille, il serait possible et souhaitable d'inviter les chefs cuisiniers à s'engager progressivement à prendre de telles initiatives bénéfiques à tous.
1
D'ACCORD
Clementos voir sa fiche
10 janvier 2018 -18H06
Très bonne idée ! Il faut absolument réduire notre consommation de viande !
0
Charlytou-
tvert
03 décembre 2017 -01H09
Dans sa collecte des déchets la ville de Colmar à mis en place un troisième type de conteneurs pour les déchets alimentaires et envoyer ça à la methanisation
0
D'ACCORD
Alter Alsace Energies voir sa fiche
23 janvier 2018 -10H51
Je suis d'accord, la collecte de déchet vert à Colmar est très satisfaisante pour les habitants. La collecte permet de valoriser les déchets verts des personnes qui ne les utilisent pas directement. De plus la communauté d'agglomération a installé des points de collectes (comme pour le verre et le papier) dans les quartiers.
0
Elfe Vert-
e
11 décembre 2017 -17H06
La cuisine solaire (ex four solaire), utilisé par certains peuples) profiter de son extérieur l'hiver afin de débrancher son réfrigérateur (utilisé par des foyers privés, ou dans certaines communautés auto-gérées), si l'on a de la place, faire fonctionner certains de ses appareils électriques en pédalant :)
0
Helene st-
ras
04 janvier 2018 -12H21
Mettre en pratique les bonnes résolutions là où le levier public est possible : - restauration scolaire avec produits biologique et locaux - un à deux jours par semaine : menus végétariens dans les cantines scolaires
0
Helene st-
ras
04 janvier 2018 -12H25
Soutenir la création de supermarchés collaboratifs avec des chartes sur les produits proposés (déchets, provenance) et les prix : ex à Bordeaux (supercoop), Toulouse (La chouette)...
0
vive la n-
ature
05 janvier 2018 -00H09
l'espace faisant défaut au sol, il faudrait végétaliser les toits terrasses des bâtiments existants y compris pour y cultiver des fruits et légumes des initiatives en ce sens existent dans plusieurs villes ( dont Paris)
0
D'ACCORD
Mtin_Guillaumey voir sa fiche
28 avril 2018 -16H54
Effectivement, de nombreux projets de végétalisation urbaine voient le jour dans d'autres villes et métropoles françaises ainsi qu'à l'étranger. Il y a matière à faire, à dupliquer ou à innover ! Des groupes de réflexions se constituent petit à petit autour de ces réflexions à Strasbourg. Si vous souhaitez rejoindre l'un d'eux vous êtes la/le bienvenue !
0
conscienc-
everte
28 janvier 2018 -19H58
Dans le magazine Kaizen n°13, il y a des exemples de communes qui se mobilisent pour lutter contre le réchauffement climatique. Parmi elles, Ungersheim qui a installé une exploitation maraîchère bio approvisionnant en légumes bios les gens de la commune, des communes environnantes et en partie la restauration scolaire. Une projet rural pourrait compléter le projet urbain de l'eurométropole pour permettre une certaine autonomie alimentaire aux différentes communes de l'eurométropole. Autre exemple; Lons-le-Saunier qui a monté sa propre régie municipale d'eau pour améliorer la qualité de l'eau de la commune? Pour cela, elle a modifié les pratiques agricoles des agriculteurs proches des zones de captage en réduisant l'utilisation de produits phytosanitaires, interdisant certaines molécules...Et elle a élargi ensuite la zone à protéger car ce n'était pas encore suffisant en développant des débouchés de production agricole bio dans la restauration collective. Le prix de l'eau dans la commune, en comptant l'assainissement et la redevance est nettement inférieur à la moyenne nationale.
0
laurent h-
abitant du PNU
06 février 2018 -18H07
CHANGER LES DÉPLACEMENTS L'exemple de la piste des Trois Rivières dans le PNU Développer des pistes cyclables et piétonnes tellement belles et efficaces qu'elles seront irrésistibles ! Faire que les déplacements en ville deviennent des moments de plaisir dans la nature. L'exemple de la piste des Trois Rivières dans le Parc Naturel Urbain Ill bruche de Strasbourg montre que c'est possible. Le phénomène est particulièrement sensible aux heures de pointes. La multiplication des cyclistes, vélos électriques et des vélos cargo chargés d'enfants témoigne de nouvelles pratiques et de nouveaux habitants. Aller travailler, aller à l'école, faire ses courses ou se déplacer pour ses loisirs sur les pistes du PNU sont des moments agréables, apaisants, sains, renouvelés par l'observation des saisons et le plaisir de l'exercice. L'accès aux services d'une grande ville avec cette qualité de service et cette sobriété est exceptionnel. Ces modes de déplacement sont économiques, rapides, et non polluants. Pour faire sa transition écologique, la ville se retournerait sur elle-même en se connectant à ses "infrastructures vertes"et en réduisant progressivement sa dépendance à l'automobile.
0
laurent h-
abitant du PNU
06 février 2018 -18H12
RÉNOVER LES BÂTIMENTS Stimuler la rénovation thermique en y associant d'autres enjeux comme transformer un immeuble en jardin suspendu partagé Si la ville se connecte progressivement à ses infrastructures vertes existantes et à créer pour offrir des déplacements doux, actifs et en contact avec la nature à l'abri des nuisances automobiles. Alors les bâtiments existants pourraient se transformer en mailles vertes de ce réseau à l'occasion de leur rénovation. Les travaux seraient l'occasion de transformer les façades, balcons, toitures et jardins pour accueillir du jardinage urbain, du compostage et de la biodiversité. C'est dans l'esprit de "Strasbourg ça pousse" et de la transformation de la Tour Bois le Prêtre à Paris. Le livre "Jardins en ville, Villes en jardin" présente des exemples réussis de rénovations urbaine stimulées par la thématique du jardin en ville.
0
D'ACCORD
Mtin_Guillaumey voir sa fiche
28 avril 2018 -17H00
La végétalisation urbaine est effectivement un levier permettant de répondre à de nombreux enjeux environnementaux (diminution de l'effet d'îlot de chaleur, perméabilité des sols, stockage partiel et rétention des eaux pluviales, accueil de la biodiversité, espaces de jardinage comme lieux de sociabilité, etc.). De nombreux freins peuvent néanmoins mis en perspective, et souvent techniquement résolus s'ils sont pris à temps en considération : portance des bâtis pour les projets sur toiture, réseaux et canalisations pour les projets en pleine terre, économiques, etc.
0
laurent h-
abitant du PNU
06 février 2018 -18H13
CONSTRUIRE ET RENOVER AVEC DES MATERIAUX ECOLOGIQUES ET LOCAUX Saisir l'occasion de l'immense chantier de la rénovation pour développer les techniques "climat compatibles" de demain. L'Alsace dispose des ressources naturelles, des universités et des entreprises pour développer l'usage des matériaux écologiques locaux dans la construction. Une conclusion de l'expérience Bâtir cru avec la construction des bâtiments Ecoterra et Making Hof est que les entreprises ont besoin d'une succession de projets réguliers pour entreprendre les développements nécessaires. L'EMS et les bailleurs sociaux sont les acteurs qui peuvent créer les conditions favorables à l'occasion des rénovations urbaines comme le NPNRU de l'Elsau par exemple. Mais une dynamique participative comme l'élaboration de la charte du PNU montre que les acteurs particuliers et les copropriétés pourraient démultiplier l'action de la collectivité.
0
Emmanuel
22 mars 2018 -18H05
Préconisations du groupe transition énergétique du Conseil de développement : Inciter à la création de sociétés coopératives d’intérêt collectif qui associent partenaires privés, particuliers, associations et collectivités dans le même tour de table pour faire émerger des projets relatifs à la transition énergétique (cf. multiples exemples de financement participatif en Allemagne). Réalisation d’un film d’initiatives positives comme « Demain » à l’échelle non seulement de l’Eurométropole mais également de l’Eurodistrict. Coconstruire, avec des habitants du territoire eurométropolitain, un livret mettant en avant les initiatives et réalisations citoyennes favorables à la transition énergétique, sur le même modèle que le livret « La transition énergétique en actions sur l’Eurométropole de Strasbourg, 2016 ». Prenant exemple sur le défi Famille à énergie positive, créer un défi « élus à énergie positive » et « agents territoriaux à énergie positive ».
0
Emmanuel
22 mars 2018 -18H06
Préconisations (suite) : Compiler les informations communales afin que chaque commune puisse se situer par rapport à ses voisines et redoubler d’effort pour améliorer ses résultats. Généraliser la modulation et la réduction de l’éclairage public sur l’ensemble de l’Eurométropole avec mise en place de la certification Villes et Villages Etoilés. Généraliser des postes de conseiller en énergie partagé et d’économe de flux sur tout le territoire métropolitain qui seraient en lien direct le référent « transition énergétique » de l’Eurométropole. Mettre en place des systèmes de management de l’énergie dans les bâtiments les plus pertinents (à l’image des groupes scolaires d’Illkirch-Graffenstaden certifiés ISO 50 001).
0
Alter Als-
ace Energies
27 mars 2018 -09H14
- Accélérer et booster à fond le télétravail pour réduire les flux de voitures domicile-travail et/ou domicile-commerces ... les booster par de réelles mesures d'aides et d'accompagnement aux entreprises et /ou aux télétravailleurs -> sortir de l'état d'esprit attentiste du "pas besoin de pousser là, ça se fera tout seul) ... l'attentisme, même bienveillant, n'est pas compatible avec l'enjeu climatique.
0
Alter Als-
ace Energies
27 mars 2018 -09H16
- péage urbain pour financer les transports urbains et ferroviaires - relocalisation de l'agriculture (et rêvons, de l'industrie) pour limiter les transports de marchandises, et partant, tout un pan de l'énergie grise
0
audd67
11 avril 2018 -13H31
PLANTER DES ARBRES partout où c'est possible en VILLE, de chaque coté des RUES pour améliorer la qualité de l AIR et donner de l OMBRE En ville, il faudrait planter au maximum des arbres toutlong des rues, des deux côtés pour apporter de l’ombre et améliorer la qualité de l’air, au vu du réchauffement climatique et des fortes températures en ville en été. Rien que dans mon quartier il y a encore plein d’espace pour des arbres, y compris à côté d'école et sans parler des « aires minérales » à Strasbourg, des parkings... Par ex, à Paris, les habitants peuvent proposer des lieux où planter les arbres, la mairie ayant un budget dédié. Planter aussi des arbres fruitiers comme à Seville en ville. Faire une loi pour qu’en cas de construction, les arbres ne soient pas coupés mais replantés à proximité (à une distance maximum de x metres par ex… ) Laisser pousser les végétaux dans les espaces d’herbe (moins de réverbération, plus de biodiversité, laisser passer la pluie), planter des buissons (cf l’association les haies vives d’alsace, haies qui favorise la biodiversité).
0
laurent
11 avril 2018 -16H48
Interdire, comme cela aurait été fait à Basel, les chauffages extérieurs souvent mis en oeuvre par les cafetiers - restaurateurs pour leurs terrasses au printemps et en automne, ou sur les quais de gare. Réguler également les pratiques "portes ouvertes" des commerces en période de chauffage. Même si l'impact énergétique de telles mesures est minime, elles ont certainement un sens en termes de cohérence, d'éducation et de responsabilité collective.
0

Mes Outils de débat

Afficher en premier